Suivez l'actualité de surmatabledenuit.com sur Twitter, sur la page Google+ de Surmatabledenuit ou sur Facebook

dimanche 27 mai 2012

Les Visages - Jesse Kellerman - Une belle occasion ratée

Les Visages est un livre dont la presse a pas mal parlé à sa sortie. Il a d'ailleurs reçu le Grand Prix des Lectrices de Elle (j'ignore si c'est vraiment une référence mais bon...) et aussi une distinction du journal Le Guardian.

De fait, le scénario est orignal. Ethan Muller, tenant d'une gallerie d'art, découvre une oeuvre exceptionnelle et monumentale : des milliers de feuilles qui s'emboîtent parfaitement formant une oeuvre globale dont le centre est une étoile regroupant des visages d'enfants. Lorsqu'il découvre que ces visages sont ceux d'enfants assassinés quelques années auparavant et dont les meurtres n'ont jamais été résolus, sa vie bascule.

Cet excellent scénario est malheureusement mal mis en musique. Le récit alterne entre l'enquête du héros et des flash-back permettant de découvrir l'histoire de sa famille, les deux finissant par se croiser. Après un démarrage très prenant, Le livre déçoit. L'enquête du héros est finalement assez linéaire, sans véritable rebondissement. On comprend assez vite comment l'histoire va se terminer. Le récit souffre de longueurs et j'ai plusieurs fois été tenté de m'arrêter en cours de route. Arrivé au bout, je me suis dit : tout ça pour ça.

De plus, c'est une histoire assez glauque d'une enfance brisée par la perversité sexuel d'un homme. L'auteur aurait pu nous faire comprendre tout cela sans entrer dans la description de situations malsaines. Ce qui fait en partie la différence entre les bons écrivains et les autres, entre les bons cinéastes et les autres, c'est notamment cette capacité à suggérer plus qu'à montrer. C'est plus difficile mais souvent aussi bien plus efficace. L'auteur échoue dans ce domaine.

Alors, que mettre dans le volet positif de cette chronique en dehors de l'originalité de l'idée de départ ? Pas grand chose. Pas l'écriture, le style étant assez classique. Pas l'humour, il n'y en a pas vraiment. Les chapitres relatant l'histoire d'une riche famille américaine au siècle dernier ? Pourquoi pas même si je les ai trouvés légèrement caricaturaux. La description du milieu de l'art new-yorkais ? Sans doute.

J'attendais beaucoup du livre de Jesse Kellerman et j'ai été déçu. L'idée de départ était réellement intéressante mais l'auteur l'a finalement mal exploitée. C'est une occasion ratée. Dommage.

Les plus : L'idée de départ réellement originale, la description du milieu de l'art à New-York, le principe des deux récits qui se croisent (même si c'est assez classique).
Les moins : Une description crue de situations glauques, le rythme du récit qui ralentit fortement après les premiers chapitres, la bonne idée de départ finalement mal exploitée...

Ma note : 1/5
Pour adulte

Les Visages sur Amazon.com
Jesse Kellerman
Points
ISBN : 978-2757814130

dimanche 13 mai 2012

La sentinelle de l'ombre – Robert Crais – Elvis Cole nous manque...

En voulant aider un homme et une femme se faisant agresser, Joe Pike va se trouver mêler à une violente guerre des gangs. Il va rapidement découvrir que Dru et Wilson Smith ne sont sans doute pas les paisibles restaurateurs qu'ils semblent être. Lorsqu'ils vont disparaître, Joe va partir à leur recherche épaulé par le détective privé Elvis Cole.

Ce nouveau roman de Roman de Robert Crais met Joe Pike au centre de l'action. Pour les fidèles lecteurs de l'auteur, c'est une déception. Joe Pike était parfait dans un rôle secondaire auprès d'Elvis Cole. Il est moins pertinent comme héros principal de ce thriller. Pour qu'un second rôle pèse et réussisse à exister au côté d'un héros, il possède souvent une personnalité originale et un physique qu'on n'oublie pas. Mais lorsqu'un tel personnage passe au premier plan, ces traits de caractère trop marqués deviennent alors caricaturaux et nuisent à la qualité du récit. C'est le cas pour Joe Pike dans « La sentinelle de l'ombre ».

De fait, Elvis Cole et son humour décalé apparaîssent trop peu dans le livre. On regrette les précédents ouvrages de l'auteur qui, au côté de l'intrigue principale, nous faisait découvrir le passé des personnages. C'est bien dommage.

Ces lacunes au niveau des personnages sont-elles compensées par un scénario de très grande qualité ? Malheureusement pas. L'intrigue est trop linéaire. Certes, les événements s'enchaînent à un rythme élevé et on n'a guère envie de poser le livre avant de l'avoir terminé mais il souffre d'invraisemblances. Je sais bien que la chance sourit aux audacieux mais quand même...

En résumé, « La sentinelle de l'ombre » est un roman qui se lit avec plaisir mais ne se démarque pas de la concurrence. Ce n'est malheureusement qu'un thriller parmi d'autres.

Les plus : Le rythme soutenu.
Les moins : Trop classique pour sortir du lot, trop de clichés, en retrait par rapport aux premiers Robert Crais.

Ma note : 5/10
A partir de 16 ans...

La sentinelle de l'ombre sur Amazon.com
Robert Crais
Belfond – Noir
ISBN : 978-2714450821