Suivez l'actualité de surmatabledenuit.com sur Twitter, sur la page Google+ de Surmatabledenuit ou sur Facebook

samedi 14 septembre 2013

Secrets Enfouis - Joseph Finder - Chantage mortel

Joseph Finder nous offre avec Secrets Enfouis un nouveau thriller dont Nick Heller est le héros. C'est avec plaisir qu'on retrouve cet ancien membre des forces spéciales dont je vous avais relaté la première enquête dans une précédente chronique.

On retrouve dans ce nouveau récit l'efficacité et le rythme soutenu de Sans Laisser de Trace. La fille d'un milliardaire est enlevée. Enterrée vivante, son bourreau diffuse la vidéo sur Internet et demande Mercury en échange de sa vie. Une course contre la montre s'engage alors et Nick Heller devra se frayer un chemin entre la mafia russe, le FBI et des officines douteuses dont l’Amérique a le secret.

Secrets Enfouis est un thriller à 100 à l'heure. Comme à son habitude, Joseph Finder découpe son récit en chapitres très courts qui ne laissent pas de place à l'ennui. Ici, nulle volonté de s'appesantir trop longtemps sur la psychologie des personnages,  nulle prétention de décrire un monde complexe et changeant ou d'expliquer longuement le pourquoi des choses. Cela n'empêche pas le scenario d'être intéressant et le lecteur est accroché dès les premières pages. Tout s’enchaîne alors à un rythme enlevé. C'est simple et efficace comme un bon film d'action. C'est d’ailleurs certainement l'objectif de l'auteur.

Si vous cherchez un bon thriller prenant mais pas prise de tête, Secrets Enfouis est un bon choix. J’achèterai certainement les prochaines aventures de Nick Heller.

Les plus : Une idée de départ intéressante, le rythme soutenu, pas de violences inutiles, pas de scènes X...Un bon livre pour les vacances.
Les moins : Un style d'écriture assez banal, quelques invraisemblances et des personnages trop stéréotypés.

Ma note : 7/10
A partir de 16 ans.

Secrets enfouis sur Amazon.com
Joseph Finder
Editions Albin Michel
ISBN : 978-2226241474

dimanche 1 septembre 2013

L'Or Noir des Oligarques - Chris Morgan Jones - Découvrir la Russie

J'avais emporté 5 livres dans mes valises cet été afin d'essayer de rattraper mon retard dans mes lectures. J'ai finalement atteint le score de 3,5/5 qui n'est finalement pas si mal pour des vacances en famille ;-)

J'ai commencé par L'Or Noir des Oligarques de Chris Morgan Jones dont j'avais entendu parlé dans le magasine Challenges.

Il s'agit d'un thriller politco-économique qui nous fait vivre l'enquête en eau trouble de Ben Webster, un ancien journaliste qui travaille pour une société de renseignement privée. Missionné par un milliardaire grec, il espère faire chuter un oligarque russe dont il est convaincu qu'il fut impliqué dans la mort d'une de ses amies dix ans plus tôt.

Le scénario est crédible et nous fait découvrir la Russie d'aujourd'hui : ses hommes de pouvoir et les montages financiers mis en place pour renforcer dans le monde la présence de ce grand pays nostalgique de sa puissance d'autant. L'auteur a eu la bonne idée de ne pas trop entrer dans des détails économiques qui auraient rendu le récit abscons. Cela rend le livre plus facile à lire mais enlève un peu d'épaisseur au scénario qui reste cependant intéressant.

L'Or Noir des Oligarques n'est pas un thriller gonflé à l'adrénaline. Les phases d'enquête alternent avec celles d'action et celles relatives la vie privée des personnages. On découvre leurs faiblesses, l'angoisse de leurs familles face à des situations dangereuses, et ce passé qu'ils aimeraient oublier qui décuple cependant leur volonté. C'est vrai pour le héros Ben Webster mais aussi pour ses adversaires qui évoluent dans un monde plus complexe qu'il n'y paraît. Je pense notamment à Richard Lock, homme de paille tiraillé par le remord qui a pris conscience bien trop tard que le pouvoir peut parfois détruire une vie...

Ce premier roman est donc une réussite qui a accompagné agréablement le début de mes vacances. Chris Morgan Jones a d'ailleurs publié en Angleterre et aux USA le deuxième volet des aventures de Ben Webster. J'espère qu'il sera traduit en français !


Les plus : Un récit équilibré qui fait la part belle aux personnes ; Pas de violences inutiles, pas de scènes X...ce qui n'est pas courant de nos jours.
Les moins : Le scénario parfois un peu léger.

Ma note : 8/10
A partir de 16 ans.

L'or noir des oligarques sur Amazon.com
Chris Morgan Jones
Editions des Deux Terres
ISBN : 978-2848931333

dimanche 30 juin 2013

Mermoz – Micheluzzi – Biographie indispensable !

Petra Chérie, d'Attilio Micheluzzi, fut la deuxième chronique que j’écrivis sur ce blog. Cette fresque historique est toujours l'une de mes bandes dessinées préférées. Elle fait indéniablement partie de ces œuvres qui, comme je l'écrivais à l'époque, justifient que l'on donne le titre de neuvième art à la Bande Dessinée.

Une autre récit majeure d'Attilio Micheluzzi vient d'être publiée chez Mosquito. Il s'agit de la biographie de Mermoz écrite en quelque sorte à quatre mains puisque l'auteur cite souvent Joseph Kessel qui fut l'ami de l'aviateur et écrivit le récit de sa vie en 1938.

On découvre au fil des pages les débuts difficiles de celui qui, après avoir connu la pauvreté, devint un héros national entre les deux guerres en participant à l'épopée de l'aéropostale au côté d'Antoine de Saint Exupéry et d'Henri Guillaumet notamment. Le lecteur participe ainsi à l'aventure de ces pionniers de l'aviation. Les premières traversées de l'Atlantique Sud, les pannes au milieu du désert ou de la Cordillère des Andes, la disparition de certains pilotes...Ce récit nous rappelle que ce qui nous semble presque banal aujourd'hui à nécessité de très nombr
eux sacrifices et le courage extraordinaire de ces grands hommes.

Mermoz a disparu le 7 décembre 1936 au dessus de l'Atlantique. Personne n'a su « comment le grand oiseau blanc a pu soudain tomber dans le bleu de l'océan et comment blessé à mort, il a été englouti par les abysses ».

Micheluzzi maîtrise parfaitement le noir en blanc. Il joue admirablement avec les ombres et le résultat est d'une grande beauté. Feuilletez quelques pages et vous serez conquis. J'ai retrouvé pour mon plus grand plaisir le style que j'avais admiré dans Petra Chérie.

Cette biographie mérite sans aucun doute sa place dans la bibliothèque de tout amateur du neuvième art. Seule la densité du récit, quasi documentaire, pourrait limiter l'enthousiasme de quelques lecteurs.


Les plus : Un récit d'une grand qualité servit par de dessins de toute beauté, les textes de Joseph Kessel,
Les moins : Le côté documentaire qui pourrait décevoir certains.

Ma note : 10/10
A partir de 14 ans.

Mermoz sur Amazon.com
Attilio Micheluzzi
Editions Mosquito
ISBN : 978-2352830900

samedi 29 juin 2013

Dent d'ours – Yann & Henriet – Prendre l'air...

Les bandes dessinées sur le thème de l'aviation sont très à la mode. On ne compte plus les séries (plus ou moins bonnes) sur le sujet. Le scénariste Yann s'est associé à Alain Henriet pour Dent d'Ours une premier opus d'un triptyque qui raconte le destin de trois amis nés en Silésie peu avant la dernière guerre mondiale. Hana et Werner sont allemands, Max est un juif polonais. Alors que les deux premiers rejoignent les hitlerjugend afin de pouvoir assouvir leur passion de l'aviation, le dernier gagne les États-Unis avec son oncle afin de fuir le nazisme. Quelques années plus tard, la guerre déchire l'Europe...

Construit autour de flash-backs, le scénario n'est pas extrêmement original mais reste néanmoins intéressant. Ce premier volume permet surtout de découvrir ces enfants que la guerre va séparer puis réunir dans un affrontement douloureux qui sera le thème des prochains tomes. J'ai lu Dent d'Ours avec plaisir et j'espère que le prochain épisode apportera cette petite touche d'originalité qui manque pour l'instant.

Les dessins et les couleurs sont d'excellente qualité, surtout lorsqu'Alain Henriet illustre les combats aériens. Les enfants sont selon moi légèrement moins réussis mais la qualité artistique est clairement le point fort de cette nouvelle série. La couverture est d'ailleurs très représentative des planches de ce premier opus.

J'espère que le deuxième tome sera d'aussi bonne facture et que les auteurs ne tomberont pas dans le travers de trop de série aujourd'hui dont les premiers volumes sont « tout publique » et les suivants malheureusement limités aux adultes. Je vous dirai tout cela dans une prochaine chronique...

Les plus : des combats aériens très bien dessinés.
Les moins : Un scénario trop classique, les posters (discrets) accrochés dans la cabine du porte-avion...Je ne vous fait pas un dessin... ;-)

Ma note : 7/10
A partir de 15 ans.

Dent d'ours, tome 1 : Max sur Amazon.com
Yann & Henriet
Editions Dupuis
ISBN : 978-2800157221

dimanche 12 mai 2013

Le Mur – Berlin 1961-1989 – D. Chardez & G. Lehideux – Pour ne pas oublier


Quelques lignes pour évoquer une belle bande dessinée qui permettra aux plus jeunes de découvrir la période de la guerre froide et au plus anciens de ne pas oublier : Le Mur - Berlin 1961-1989.

Je ne pensais pas qu'il serait possible d'évoquer plus de 40 ans d'histoire en 40 pages. C'est pourtant ce qu'ont réussi avec brio Didier Chardez et Guy Lehidieux. Le lecteur découvrira au fil des pages la fin de la deuxième guerre mondiale, le démantèlement de l'Allemagne au profit des trois grandes puissances qu'étaient les États-Unis, l'Angleterre et l'Union Soviétique et les conséquences que cela aura dans le monde durant plus de 30 ans (Crise de Cuba, Guerre du Vietnam, Afghanistan, etc...). Les plus jeunes apprendront quel était le régime dictatorial érigé à l'Est de ce qui deviendra le rideau de fer dont le Mur de Berlin était le symbole le plus marquant.  Les plus âgés se souviendront de la lâcheté des occidentaux lors de l’insurrection de Budapest. Tous repenseront aux 1135 victimes assassinées alors qu'elles tentaient de gagner la liberté.

Le grand mérite de cet ouvrage est sans doute d'aborder de manière aussi brève qu'objective les années qui ont suivi la chute de l'Allemagne en 1945 sans oublié de relater le rôles qu'on joué les hommes politiques, les militaires mais aussi le pape Jean-Paul II ou Lech Walesa en Pologne.

Le Mur est donc une excellente bande dessinée que vous pouvez acheter sans hésiter. Il fera le plaisir de toute la famille.

Les plus : Un condensé d'histoire : 44 ans en quarante pages, un style graphique épuré bien adapté au récit, l’exhaustivité des thèmes évoqués.
Les moins : Rien.

Ma note : 10/10
A partir de 10 ans.

Le Mur - Berlin 1961-1989 sur Amazon.com
Didier Chardez & Guy Lehidieux
Editions du Triomphe
ISBN : 978-2843783609

Une Belle Saloperie – Robert Littell – Comme souvent...


Ce nouveau polar de Robert Littell est bien différents de ses ouvrages précédents tels que La Compagnie, une superbe fresque sur la CIA,  judicieux mélange de roman historique et de récit d’espionnage.

Ornella Neppi, belle jeune femme au regard triste, demande à Lemuel Gunn, un ancien agent des services secrets américains devenu détective, de retrouver un voyou notoire qui a disparu alors qu'il bénéficiait d'une liberté sous caution...

Une Belle Saloperie se prend moins au sérieux que le livre mentionné au début de cette chronique. Si je devais faire une comparaison avec le monde du cinéma, je dirais que c'est une sorte de « polar spaghetti ». Pas du niveau de Sergio Leone mais de bonne facture cependant. Pourquoi ce parallèle ? On retrouve dans le récit des personnages atypiques et désabusés : une « comtesse au pieds nus » dont le regard se voile à l'évocation d'un passé mystérieux et qui semble « avoir la nostalgie des choses qu'elle n'a jamais connues » et un héros sur le déclin mais qui espère cependant que le soleil se lèvera de nouveau sur son avenir. On découvre des lieux improbables telles que Clinch Corners, cette ville perdue à la frontière du Nevada et de la Californie où s'affrontent deux familles mafieuses ou cette voie ferrée que suivent ces trains sans fin qui traversent l'ouest américain. Tout cela donne à ce polar un style particulier, assez léger et agréable à lire.

Malheureusement il y a un mais : la vie sentimentale de nos deux naufragés sur laquelle l'auteur s’attarde un peu trop, avec quelques passages qui réserveront le livre aux adultes. C'est bien dommage car sans cela, ce roman aurait pu être accessible au plus grand nombre. C'est trop souvent le cas à notre époque...

Les plus : Le style « polar spaghetti », les personnages attachants, l'absence de violence, la couverture du livre.
Les moins : Un scénario assez basique, quelques scènes regrettables...et un vocabulaire parfois un peu cru.

Ma note : 7/10
A partir de 18 ans.

Une belle saloperie sur Amazon.com
Robert Littell
Baker Street Editions
ISBN : 978-2917559277

mercredi 1 mai 2013

L'Epervier – La Mission & Corsaire du Roy – Patrice Pellerin – L'Aventure avec un grand A !


La Mission et Corsaire du Roy sont les premiers tomes du deuxième cycle des aventures de Yann de Kermeur. Ce dernier se voit confier une mission secrète par Louis XV qui s'inquiète de l'influence grandissante des Anglais au Canada. Mais cette mission révèle très vite sa part d'ombre : beaucoup s'acharnent à empêcher notre héros de prendre la mer. Entre les complots de Versailles et les agressions en Bretagne, entre les brigands et une trouble courtisane, Yann devra éviter bien des pièges avant de pouvoir enfin quitter la rade de Brest.

Il fallu attendre presque quatre ans pour que soit publié le premier volume de ce nouveau cycle. On retrouve donc avec plaisir le Chevalier de Kermeur et son équipage. L'intrique est bien construite et tient le lecteur en haleine. Patrice Pellerin distille les informations au compte goutte. On ignore tout des liens entre les différents protagonistes de l'histoire. Pourquoi le roi et son ministre n'ont-ils pas dévoilé à Yann tous les risques de sa mission ? Pour quelle raison la comtesse Aude de Séverac tient-elle tant à empêcher le corsaire de prendre la mer ? Quels sont ces étranges passagers embarqués sur la Méduse ? Beaucoup de questions et peu de réponses...mais est-ce si surprenant à ce stade de l'histoire ? Le récit nous emmène de Versailles à Brest, passe d'un personnage à l
'autre et alterne les discussions feutrées de la cour avec
des combats dignes de des films de cape et d'épée qui ont bercé notre enfance. On ne s'ennuie pas une minute !

Patrice Pellerin attache toujours autant d'importance à la réalité historique. Ses dessins sont très détaillés, bien documentés et font revivre avec talent devant nos yeux la France du XVIIIème siècle. La mise en couleur, très réussie, apporte du réalisme au récit. Seuls les visages, trop ressemblant, compliquent parfois la lecture. Mais c'est un point que l'on pardonne bien facilement à l'auteur au regard de la qualité et la précision des ses planches, qu'on y découvre Versailles, les côtes bretonnes ou la Méduse prenant la mer !

Ce deuxième cycle est donc à la hauteur du premier. La Mission et Corsaire du Roy sont deux volumes passionnants dont on attend la suite avec impatience.

Les plus : La qualité du dessin, l'intrigue prenante, le vent de l'aventure qui souffle sur cette série.
Les moins : Des visages qui se ressemblent trop et compliquent parfois la lecture. Pour le reste, je cherche...

Ma note : 8/10
A partir de 15 ans

L'épervier, tome 7 : La mission sur Amazon.com
L'épervier, tome 8 : Corsaire du roy sur Amazon.com
Patrice Pellerin
Soleil Productions
ISBN : 978-2302003910 & 978-2302017221

dimanche 28 avril 2013

Thérèse - Vivre d'Amour – Grégoire & Natasha St-Pier – Pour les paroles


Si on m'avait dit que j'écrirais un jour une chronique sur un disque de Natasha St-Pier, je crois que j'aurais été vexé;-) Pourtant, son dernier album mérite qu'on s'y arrête quelques instants.

Il s'agit en effet  d'une belle initiative du compositeur Grégoire qui a mis en musique des poèmes écrits par Sainte Thérèse de Lisieux à la fin du XIXème siècle. Les textes sont vraiment de toute beauté. Plusieurs artistes se sont joints au projet : Anggun, Michael Lonsdale, Sonia Lacen ou encore Les Petits Chanteurs à la Croix de Bois.

Qu'en est-il de l'aspect musical ? On retrouve la patte de Grégoire : les mélodies sont agréables à l'oreille  et le piano est omniprésent. Il y a un côté « comédie musicale ». Personne ne déteste mais personne ne crie au génie non plus... Accessible au plus grand nombre (et c'est tant mieux), cet album serait cependant sans doute vite oublié s'il n'y avait ces merveilleuses paroles de Sainte Thérèse. D'ailleurs, le plus beau titre est selon moi Mon chant d'aujourd'hui, un texte lu par Michael Lonsdale sur une musique de Grégoire.  A mes petits frères du ciel se détache aussi du lot avec les voix des Petits Chanteurs à la Croix de Bois.

Merci à Grégoire pour cette belle initiative et Bonne écoute !

PS. Ne vous fiez pas au single Vivre d'Amour qui n'est vraiment pas le meilleur titre de l'album et dont le clip est affligeant.

Thérèse - Vivre d'Amour sur Amazon.com
Natasha St-Pier et d'autres artistes

samedi 27 avril 2013

Vendetta – R.J. Ellory – Pour le pire (surtout) et le meilleur

Autant j'avais bien aimé Les Anonymes, autant j'ai été déçu par Vendetta. Pour tout vous dire, je l'ai jeté avant de l'avoir terminé. Je me voyais mal garder un livre contenant des scènes d'une telle violence dans la bibliothèque familiale. Le scénario accrocheur me disait de continuer ma lecture, le côté malsain de certains passages me disaient d'arrêter. Vendetta est aujourd'hui dans ma poubelle.

Pourtant le scénario a de quoi tenir le lecteur en haleine : La fille du gouverneur de Louisiane a disparu. L'enquête piétine lorsque un homme se prétendant le ravisseur se livre à la police mais exige de raconter le récit de sa vie à Ray Hartmann avant de décider du sort de sa victime...

On découvre alors la vie d'un tueur sadique au service de la mafia. Malheureusement, cette vie est un enchaînement de violences (et pire encore) que R.J. Ellory décrit de manière extrêmement crue.
On retrouve là le même travers qu'au cinéma : les auteurs ne savent plus suggérer, il faut qu'ils montrent le pire, il faut qu'ils l'écrivent. C'est regrettable.

Alors, si vous souhaitez découvrir R.J. Ellory, évitez Vendetta et lisez Les Anonymes.

Les plus : Le style, l'idée sur laquelle est construit le scénario.
Les moins : L'extrême violence et le classement X de certaines scènes, des longueurs, un récit non exempt de clichés.

Ma note : 2/10
Pour adulte seulement (et encore...)

Vendetta sur Amazon.com
R.J. Ellory
Le Livre de Poche
ISBN : 978-2253125266

dimanche 7 avril 2013

Youn Sun Nah, Alison Krauss, Holly Williams et Dvorak !


A défaut d'avoir beaucoup de temps pour lire,  j'écoute de la musique. J'ai acheté dernièrement quelques disques dont certains valent vraiment d'être mentionnés sur mon blog.

Je vais d'abord évoquer Dvorak en raison du privilège de l'âge de ce denier;-). J'ai découvert son premier Concerto pour Piano Op.33 dans un enregistrement de 1976 avec Sviatoslav Richter au piano et Carlos Kleiber à la baguette. C'est absolument magnifique, notamment le deuxième mouvement qui vous éloigne en quelques secondes des soucis du quotidien. C'est dire si ce CD mérite sa place dans votre discothèque !

Ensuite, deux disques de Country : New Favorite d'Alison Krauss + Union Station dont pas un titre n'est à jeter et The Ones We Never Knew de Holly Williams. Il s'agit du premier album de cette chanteuse assez peu connue. Certains morceaux se détachent vraiment du lot et s'écoutent avec grand plaisir (Would You Still Have Fallen et Velvet Sounds par exemple). Elle a publié depuis deux autres albums que j'ai trouvé plus classiques.

Enfin, le dernier album de jazz de la chanteuse coréenne Youn Sun Nah. Son précédent opus avait été encensé par la critique mais m'avait déçu. Rien de tel pour Lento que je vous recommande. Des morceaux très différents les uns des autres, parfois surprenant comme Lament par exemple...Et pour couronner le tout, Youn Sun Nah ne se contente pas de nous faire profiter de sa belle voix, elle chante avec ses tripes et cela se sent !

Bonne écoute !

Dvorak - Concerto pour piano sur Amazon.com
Sviatoslav Richter
EMI Classics




Alison Krauss + Union Station
Rounder – DECCA


The Ones We Never Knew sur Amazon.com
Holly Williams
Universal South



Lento
ACT Music

samedi 6 avril 2013

Elle savait – Lee Child – Décevant.


Jack Reacher, ancien membre de la police militaire, remarque une nuit dans le métro new-yorkais une femme dont l'attitude correspond en tout point à celle d'une terroriste kamikaze selon les critères des services secrets israéliens. Il essaye alors de la raisonner mais elle se tue alors devant ses yeux à l'aide d'un pistolet qu'elle portait sur elle...Jack Reacher va très vite constater que la mort de cette jeune femme semble intéresser beaucoup de monde.

Les premières pages du livre sont les plus intéressantes. Cette idée d'attentat suicide dans le métro permet à ce livre de démarrer sur de bons rails. Malheureusement la suite n'est pas à la hauteur. Dans sa quête de la vérité, le héros va croiser un ancien militaire candidat à un poste de sénateur et au passé trouble, une femme sublime aussi sadique que belle et des membres du FBI qui cherchent à savoir ce que Susan Mark a pu confier à Jack Reacher avant de mourir...Le récit contient beaucoup d’invraisemblances, les rapports de cause à effets sont parfois disproportionnés et les liens entre les différents événements aussi. Du coup, même si le rythme ne faiblit pas, le scénario est décousu et laborieux. Ce scenario bancal n'est même pas rattrapé par la qualité des personnages. Contrairement à d'autres héros de polar tels que Milo Weaver, John Rain ou Harry Bosh, Jack Reacher est dans ce livre un personnage sans étoffe. On ne lui connaît pas vraiment de passions, il ne possède pas de traits marquants et l'auteur ne nous dit finalement pas grand chose de son héros. C'est un loup solitaire sans charisme. Dommage...

« Elle savait » n'est donc pas un grand polar...J'avais lu du même auteur il y a quelques mois « Sans douceur excessive » qui, sans être le roman policier de l'année, m'avait semblé de bien meilleure qualité que celui-ci.

Les plus : Une idée de départ intéressante, pas de scène X...c'est suffisamment rare de nos jours pour être signalé.
Les moins : Beaucoup d’invraisemblances, un passage très violent, un scénario laborieux et sans grand intérêt, une fin décevante...

Ma note : 3/10
A partir de 15+ ans.

Elle savait sur Amazon.com
Lee Child
Le Livre de Poche
ISBN : 978-2253-173625