Suivez l'actualité de surmatabledenuit.com sur Twitter, sur la page Google+ de Surmatabledenuit ou sur Facebook

dimanche 20 novembre 2011

La France abîmée – Xavier Martin – La sanguinocratie expliquée


Je vous l'accorde, le titre de ma chronique ne reflète que partiellement le contenu de l'ouvrage passionnant dont je vais vous parler. La France abîmée est un livre beaucoup profond que mon titre et aborde un sujet plus vaste que la simple violence « physique », cette tristement célèbre terreur, dont ont été victimes certains de nos concitoyens lors de la révolution française.

L'ouvrage de Xavier Martin, professeur émérite des Facultés de Droit et historien, ne fait pas de bilan général de la révolution, il aborde un sujet beaucoup plus rarement évoqué : la violence morale et psychologique subie par les Français durant cette époque troublée.

Il analyse ces blessures au travers des textes d'époque : des lettres, des extraits de discours, des écrits de philosophes, des journaux tenus par de simples citoyens, des écrits d'étrangers présents en France à cette époque-là, etc... Le résultat est saisissant : on fait un voyage à travers le temps, voyage dont on ne sort pas indemne.

Xavier Martin analyse aussi le désenchantement qui suivit les premières années d'espoir. Guittard de Floriban, un bourgeois parisien, écrit par exemple dans ses papiers au sujet de Hérault de Séchelles condamné à l’échafaud en même temps que Danton : « la philosophie l'avait jeté dans la Révolution, l'orgueil l'y avait retenu, la peur l'y avait enchaîné. » Ce sentiment fut partagé par beaucoup de ses contemporains.

En décrivant cette face cachée de la Révolution, l'auteur évoque cette éternelle question : La fin justifie-t-elle les moyens ?

Les bonnes intentions de certains révolutionnaires ne suffisent pas. On est parfois surpris par le grand écart entre les propos et les actes. Robespierre combattra ainsi la peine de mort : « Ces scènes de mort qu'elle [la Justice] ordonne avec tant d'appareil ne sont autre chose que de lâches assassinats ». Pourtant, pour lui, la fin justifie les moyens, seuls les français « dociles » sont tolérés. Il dira : « la protection sociale n'est due qu'aux citoyens paisibles ». Saint-Just sera beaucoup plus clair : « Ce qui constitue une République, c'est la destruction totale de ce qui lui est opposé. » Pour se faciliter la tâche, les révolutionnaires publieront des textes de loi adaptés à leurs besoins. Un bon exemple est celles dite des « suspects » publiée le 17 septembre 1793. Elle définit ainsi ces suspects : « ceux qui soit par leur conduite, soit par leurs relations, soit par leurs propos ou leurs écrits, s'annoncent partisans de la tyrannie et ennemis de la liberté ». Autant dire que chacun est un suspect potentiel ! La loi dite de Prairal due à Couthon et Robespierre va encore plus loin. Peuvent être considérés comme des ennemis du peuple « ceux qui cherchent à anéantir la liberté publique », « ceux qui auront cherché à inspirer le découragement pour favoriser les entreprises des tyrans ligués contre la République », « ceux qui auront cherché à égarer l'opinion et à empêcher l'instruction du peuple, à dépraver les mœurs et à corrompre la conscience publique » ainsi qu'à « altérer l'énergie et la pureté des principes révolutionnaires ». Ces lois et les exécutions arbitraires qui allaient bien souvent avec eurent pour conséquences de dresser les Français les uns contre les autres, de générer une peur permanente, de pousser chacun à s'isoler afin de se faire oublier, afin de devenir insignifiant. C'est ce climat angoissant qui régnait dans cette « France abîmée » que s'attache à nous décrire Xavier Martin.

On découvre aussi que Chateaubriand écrivit «  Dans aucun temps, dans aucun pays, sous quelque forme de gouvernement que ce soit, jamais la liberté de pensée n'a été plus grande qu'en France, au temps de la monarchie. » Beaucoup de Républicains regrettèrent publiquement cet « avant ». Murat lui-même écrivit : « Sous l'ancien régime », la loi « nous laissait la défense naturelle et nous permettait la plainte ». Mirabeau écrivit regretter qu'on puisse être « proscrit pour la seule différence d'opinion ».

On lisant tous ces textes d'époque, je n'ai pu m'empêcher de faire le parallèle avec les pays de l'ancien bloc de l'est. Le parallèle est vrai pour ces lois biaisées, il l'est aussi pour cette volonté de s'attaquer à ces « talents, les lumières, la philosophie, le savoir, [qui] étaient devenu des titres de proscription et des droits à l’échafaud » (Fourcroy au Conseil des Anciens en 1976).

Xavier Martin évoque aussi les dérives de cette révolution qui, sous prétexte de « libérer » les Français, fit souvent l'inverse. Là encore, il faut laisser la parole aux républicains de l'époque. Tureau, connu pour ses « œuvres » en Vendée pensait par exemple qu'il fallait faire «  le bien du peuple, malgré le peuple ». Il fallait « le contraindre à être libre ». Saint-Just précisera qu'il fallait « ramener tout un chacun sous le joug de la liberté publique ». L'auteur de La France Abimée montre toutes les dérives engendrées par cette absence de conscience morale qui prévalait à l'époque chez les révolutionnaires, toutes les dérives engendrées par ce principe erroné qui affirme qu'est vertueux ce qui est utile.

On analyse aujourd'hui la révolution française avec le recul de l'histoire mais on oublie trop souvent qu'elle s'est faite dans le sang. Chateaubriand le regretta, lui qui dira : « il n'est point de révolution, là ou elle n'est pas opérée dans le cœur ». Le livre de Xavier Martin nous le rappelle avec talent.

Je laisserai le mot de la fin à Jean-Jacques Rousseau écrivant à Mirabeau : « je dirai comme je le crois que la paix vaut mieux que la liberté » Bien des Français on dû penser de même il y plus de deux cents ans...


Les plus : Un ouvrage historique qui se lit comme un roman ; un sujet traité avec objectivité, loin du « mythe » inattaquable de la révolution française, un vrai travail d'historien, ultra-documenté. Il donne la parole à ceux qui l'ont vécue.
Les moins : Rien

Ma note : 5/5
A partir de 16 ans.

La France abîmée
Xavier Martin
ISBN : 978-2856523124

samedi 19 novembre 2011

De retour...

N'ayant guerre eu le temps de consacrer beaucoup de temps à la lecture ou à l'écriture de chroniques ces dernières semaines, je n'ai publié aucune chronique depuis cet été...J'ai donc un peu de retard...

La rentrée étant maintenant dernière nous, voici quelques lignes sur La théorie de la lumière et de la matière d'Andrew Porter.

Devraient suivre une chronique La France Abîmée, un livre d'histoire passionnant, sur Frenchman, une splendide bande dessinée en aquarelle de Patrick Prugne et une autre sur Le Hold-Up des Silencieux, un polar financier que je lis en ce moment.

A bientôt donc !

La théorie de la lumière et de la matière – Andrew Porter – Blessures de la vie

La Théorie de la lumière et de la matière est un recueil de 10 nouvelles écrites par Andrew Porter pour différentes revues et regroupées ici dans un unique ouvrage.

L'auteur sait admirablement retranscrire les sentiments et les émotions des différents protagonistes de ces scènes de vie que l'on découvre au fil des chapitres. Ils ont tous comme point commun d'avoir été blessés par la vie. Il en découle un livre prenant qui aborde des sujets difficiles tels que les ruptures, les silences de l’adolescence, le viol, l'avortement ou encore l'homosexualité. J'ai cependant regretté que l'auteur semble cautionner la théorie du « Gender » qui considère que notre « identité sexuelle » dépend du contexte social dans lequel nous avons vécu et qu'elle ne dépend donc pas de notre « sexe biologique » (cf. la nouvelle « Postiche »). Il est bien dommage qu'une si belle plume se mette au service de cette théorie...

En dehors du point évoqué ci-dessus, j'ai vraiment beaucoup apprécié ces différentes nouvelles.  Elles sont très bien écrites et l'auteur possède un talent indiscutable pour sonder avec finesse le cœur et les sentiments de ces blessés de la vie. Je pense notamment à « La théorie de la lumière et de la matière » qui aborde le délicat sujet de la frontière entre amitié et amour et à « la tempête »,  un huis clos familiale relativement noir.

Nul suspens, nul action éclatante dans ces nouvelles. Simplement des tranches de vie, simples, souvent émouvantes mais toujours tristes. J'aurais aimé lire une onzième nouvelle qui aurait évoqué ces instants de bonheur que procure parfois la vie...Une théorie de la lumière ?

Les plus : Un livre profondément humain
Les moins : Le parti-pris sur l'homosexualité et la théorie du « Gender »...

Ma note : 3/5 même si j'aurais vraiment aimé mettre 5/5...

Les thèmes abordés réservent ce livre aux adultes.

La théorie de la lumière et de la matière
Andrew Porter
Editions de l'Olivier
ISBN : 978-2879297064